Chargement...

Historique

Bref historique de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB)

Le début des années 1970 est témoin de grandes transformations au sein de la société acadienne du Nouveau-Brunswick. C’est une période d’effervescence culturelle qui voit la création, entre autres entités, des Éditions d’Acadie à Moncton en 1972 et du Théâtre Populaire d’Acadie à Caraquet en 1974. La vie politique acadienne connaît également une évolution importante par suite de la création du Parti acadien en 1972. C’est dans ce contexte qu’a lieu le Congrès des francophones du Nouveau-Brunswick en 1972 qui réunit près de 1000 Acadiennes et Acadiens. L’une des grandes résultantes de cette rencontre sera la création à Shippagan en juin 1973 d’un nouvel organisme consacré à la défense et à la promotion des droits de la communauté acadienne de la province, soit la Société des Acadiens du Nouveau-Brunswick (SANB). Cette nouvelle association succède ainsi à la Société nationale des Acadiens (aujourd’hui Société nationale de l’Acadie) qui devient alors une fédération englobant les trois grandes associations provinciales acadiennes des Maritimes, soit la Société Saint-Thomas d’Aquin de l’Île-du-Prince-Édouard, la Fédération Acadienne de la Nouvelle-Écosse et la SANB.

Dès ses débuts, la SANB devient un interlocuteur privilégié auprès du gouvernement du Nouveau-Brunswick et elle intervient dans de nombreux dossiers allant de l’éducation à la santé. Ses sections locales, réparties sur l’ensemble du territoire du Nouveau-Brunswick où vit la population acadienne et francophone, assure un leadership en région et tente de recruter plus de membres. D’ailleurs, le membership de la SANB sera toujours l’un de ses grands défis. Sensible aux préoccupations de son temps, la SANB devient en 1988 la Société des Acadiens et des Acadiennes du Nouveau-Brunswick avant de devenir, en 2008, la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick.

Actrice de premier plan de l’histoire contemporaine de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, la SANB a joué un rôle considérable dans l’adoption, en 1981 par la province, de la Loi 88 reconnaissant l’égalité des deux communautés linguistiques. La SANB a également été le fer de lance du mouvement du monde associatif acadien qui a exigé que le gouvernement du Nouveau-Brunswick demande à Ottawa d’enchâsser cette Loi dans la Constitution canadienne, ce qui s’est réalisé en 1993.

Depuis sa fondation en 1973, la SANB et ses centaines de bénévoles ont été de toutes les luttes afin que la communauté acadienne et francophone du Nouveau-Brunswick, la seule province officiellement bilingue au Canada, puisse se développer et s’épanouir en français et ce, dans tous les secteurs d’activités. Aujourd’hui, le monde associatif acadien est dynamique et compte de nombreuses associations ciblant une panoplie de domaines. Face à cette vie associative omniprésente, la SANB joue aujourd’hui un rôle d’organisme parapluie : elle favorise la concertation et contribue à créer des espaces fédérateurs pour le mieux-être des Acadiennes et des Acadiens du Nouveau-Brunswick.