Chargement...

Actualités

Annulation des Jeux de la Francophonie 2021 : Une décevante remise en question

by sanb|30 janvier 2019

Lors d’une conférence de presse tenue plus tôt aujourd’hui à Fredericton, le premier ministre Blaine Higgs a annoncé le retrait du gouvernement du Nouveau-Brunswick de l’organisation des Jeux de la Francophonie qui devaient avoir lieu à Moncton et à Dieppe en 2021. Lors de cette annonce, le premier ministre a également contesté la pertinence de la participation du Nouveau-Brunswick au sein de l’Organisation de la Francophonie (OIF).

Cette annonce représente une remise en question fondamentale non seulement de la place qu’occupe le Nouveau-Brunswick au sein du Canada, mais également de la place qu’occupe l’Acadie au sein de la Francophonie internationale.

D’abord, la nouvelle d’aujourd’hui souligne l’existence d’un Canada à deux vitesses : un Canada où les provinces fortunées peuvent jouer sur la scène internationale et s’épanouir alors que les provinces dites « pauvres » sont condamnées à une éternelle gestion de décroissance.

Deuxièmement, la participation du Nouveau-Brunswick à l’OIF représente une des seules voies par lesquelles l’Acadie est capable de se faire entendre sur la scène internationale. Perdre cette plateforme représenterait un énorme recul pour le Nouveau-Brunswick ainsi que pour l’Acadie, compte tenu du levier économique et social potentiel que représente l’OIF.

« Ceci représente une journée triste pour les Acadiennes et les Acadiens du Nouveau-Brunswick », a affirmé monsieur Robert Melanson, président de la SANB.

« Les aspirations de la nation acadienne doivent trouver leur place dans les activités de la province ainsi que celles du gouvernement fédéral. D’ailleurs, le leadership du provincial et du fédéral est intrinsèquement relié à la réalisation de nos aspirations et à l’épanouissement de l’Acadie du Nouveau-Brunswick. En tant que province dite « pauvre », faisons-nous partie d’un Canada périphérique, largement ignoré par le palier fédéral ? Enfin, compte tenu de la situation économique du Nouveau-Brunswick, ne serait-il pas logique de chercher une plus grande intégration au sein de la communauté francophone internationale afin de tirer le maximum d’occasions économiques et sociales qui pourraient s’y présenter ? », a conclu le président Melanson.

 

-30-

Pour de plus amples renseignements :

 Éric Dow, Responsable des communications et des relations publiques

communications@sanb.ca  Téléphone portable : (506) 878-0948